Incarnation de la folie décadente, puissance abstraite aux envies meurtrières. Car la ville est tout et que tout est la ville. Venez découvrir une nouvelle forme de déicité malsaine et écrasante.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le long des rails

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord milk
Admin
avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Le long des rails   Mar 22 Mai - 20:27

- Ta gueule ! Ta gueule ta gueule ta gueule bordel ! Cria l'homme aux cheveux ras. L'autre se tut, ce n'était même pas la peine de discuter avec lui quand il était comme ça. Il n'avait jamais aimé les personnes au tempérament "sanguin", de toute manière.
Nathaniel semblait effectivement dans une rage folle, mais il ne lui en voulait pas. Il faut dire que tout était sa faute, et si son petit "plan" tombait à l'eau d'une manière aussi remarquable, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même.

- Il est parti où encore ce con de Steve d'ailleurs ? Demanda l'homme d'une voix énervée.
- Il est parti pisser dans la ruelle, il te manque déjà ? Répliqua l'autre d'un ton moqueur.

Nathaniel ne releva pas et se contenta d'attendre. Au bout de quelques instant sortit de derrière un mur de brique un individu singulier, à l'air à la fois renfrogné et heureux, ce genre de contraste que l'on ne trouve que chez les gens à la fois mûrs, plein de vie, et parfois très étrange. Il avait les traits lourds et tranchants, et un regard vif. Il finit de remonter sa braguette et déclara :

- Alors, vous avez prit votre décision ?
- On continu. Lâcha Nathaniel.
- Comment ça "on" ? Répliqua immédiatement l'autre homme. T'es malade ?
- Malade ? Mais on y est presque putain ! Regarde, dit-il en désignant les immeubles autour de lui d'un large geste, la ville est beaucoup moins dense depuis quelques heures, on approche de la fin !
- Ce qui est beaucoup moins dense depuis quelques heures c'est notre groupe ! Je sais pas ce qui est arrivé à Emily et je suis pas sûr de vouloir le savoir, mais je suis a peu près persuadé que Joshua est mort, et les chances qu'un truc pareil arrive étaient infimes. C'est pas un hasard.
- Je suis assez d'accord avec Frederico, lâcha Steve.
- Alors quoi ? Vous allez partir maintenant ? Alors qu'on a fait le plus gros du chemin ?
- En fait j'ai jamais eu l'intention d'aller plus loin, continua Steve, je voulais juste savoir qui rentrait avec moi. Je pensais que tu l'avais compris.
- Mais qu'est ce qui va pas bordel ? Vous avez peur ? C'est du hasard putain, ce qui est arrivé aux autres c'est un putain de hasard. Puis qui la connaissait d'abord Emily ? A part nous retarder elle servait à rien cette pouffiasse avec sa dégénérescence dégueulasse !
- Tu ne sens pas que ça monte au fur et à mesure qu'on avance ? Il y a de plus en plus de changements, les rues se tordent sous nos pieds, tout est bouillonnant, on est déjà allé trop loin. Si on avait pas les rails pour se repérer on se serait déjà perdus dans ce chaos insupportable. J'en peux plus moi de sentir cette présence autour de nous qui nous oppresse et cherche à nous détruire. Combien de temps il te faudra pour l'admettre ?
- Je fais confiance au Mexicain, ajouta Steve calmement, si il dit que ça sent pas bon c'est que c'est vrai, tu ferais bien de l'écouter aussi. Même moi j'arrive à sentir ce sifflement malsain et silencieux. Qu'est ce qu'il te faut de plus pour comprendre qu'il ne faut pas aller par là ?
- Je vous emmerde vous deux et vos pressentiments de bonne femme, d'accord ? Il est hors de question que je passe un jour de plus dans cette putain de ville sous ce putain de ciel sans soleil. Je vais devenir aveugle dans toute cette obscurité, et tout ces pantins là... j'en peux plus ! J'en peux plus de tout ça, de toutes ces choses qui deviennent d'autres choses, de... des des des... des autres gens comme nous qui essayent de me disloquer les bras, des coups de feu la nuit, des choses qui rodent dehors, de tout ceux qui essayent de rentrer dans ma tête, et de ceux qui rampent surtout, ceux qui rampent comme d'horribles limaces boursouflées et gonflées de bonnes grosses doses d'humanités transfigurées !
Frederico et Steve échangèrent un regard inquiet pendant que Nathaniel continuait son monologue étrange perturbant. Il tremblait et son regard était planté dans le vide. Ils étaient en train de le perdre.
- Et tes yeux, tu ne sais plus où les poser parce que tout danse encore et encore, enchérit l'homme qui affichait une expression tantôt solennelle, tantôt décomposée. Le fruit de ta vie tu le perds au profit d'une pomme gâtée rongée par les vers ! Tout tremble, tout sauf toi, tu es fixe dans un monde qui tremble. Des trips j'en ai bouffé, et des sévères, mais ce n'était rien en comparaison de cette sensation permanente de perdition.
Soudain il planta à nouveau son regard dans celui de Frederico.
- Il faut partir, ajouta-t-il, il faut partir.
Steve ne put s'empêcher d'afficher un léger sourire de satisfaction, il avait toujours su que quelque chose clochait avec Nathaniel.
- Écoute mon vieux... Commença Frederico en reculant de façon instinctive.

--------------------------------

Voila, c'est un début d'histoire se déroulant à Kyooki, parce que j'avais bien envie de taper quelque chose ce soir. Je ne sais pas trop ce que je vais en faire, ni même si je vais le poursuivre, mais au moins ça me fait bosser les dialogues. o:

_________________
PNJs à votre service : Kyooki / Les Anciens / Lyse Stine / David Marxen / Jane Rosenberg / Denwa' / Anicia Helner / L'étranger

Personnages normaux : Jason Vallini


Dernière édition par Lord milk le Mar 22 Mai - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyooki.forumsactifs.net
Aether

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Le long des rails   Mar 22 Mai - 20:59

C'est... C'est tout ?

Mais je veux la suite moi ! :O
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord milk
Admin
avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Le long des rails   Dim 30 Sep - 22:34

- Écoute mon vieux... Commença Frederico en reculant de façon instinctive. Je sais pas comment te dire ça plus clairement ; On ne vient pas avec toi. Si tu veux continuer va falloir te débrouiller tout seul.
Steve, qui redoutait que le manque de tact de son compagnon ne conduise à l'incident diplomatique, s'empressa d'ajouter quelques mots.
- Tu sais, c'est pas qu'on pense que ça va pas marcher mais... On est pas prêts pour quitter cette Ville, toi t'es pêt, t'attends que ça, mais pour nous le temps viendra plus tard. Pas vrai Frederico ?
- Qu'est ce que tu racontes ? Répliqua celui-ci sans comprendre.
- Alors vous allez m'abandonner là ? Demanda Nathaniel brusquement.
- Honnêtement faut pas le prendre comme ça, commença Steve, on a fait un sacré bout de chemin avec toi et puis voila, on va pas dans la même direction, c'est tout.
La conversation fut soudainement interrompue par un train qui passa à toute allure à leurs côté, rendant tout dialogue impossible pendant quelques secondes. Dans le vacarme, ils crurent percevoir la chimére d'une voix d'une intensité incroyable, une voix de jeune femme en train de chanter...
- Hey, quelque chose cloche avec ce train... Lâcha Frederico lorsque le calme revint.
En effet, seuls quelques wagons étaient passés à leur côté, et le reste du train, qui semblait avoir été détaché, arrivait maintenant plus lentement, sans locomotive. Lorsqu'il arriva à une centaine de mètre d'eux seulement, une immense explosion retentit soudainement et une vague de flamme s'éleva instantanément de l'un des wagons. Une insupportable cacophonie de métal froissé et de verre soufflé emplit les airs, et sous le coup de l'explosion, les wagons s’échappèrent de part et d'autres de la voie, projetés à une vitesse affolante, tel d'énormes projectiles métalliques, sur les trois éveillés.
- Oh putain... ! Cours ! Cria Steve à Frederico en lui agrippant le bras et en dévalant la pente qui séparait les rails des immeubles. Steve resta tétanisé, à quelques pas des rails seulement, et disparut quelques secondes plus tard, emporté par l'amas métallique formé par les wagons qui se percutaient violemment à une allure incroyable. Steve et Frederico se précipitèrent derrière le premier immeuble qu'ils trouvèrent et se blottirent instinctivement sous la première chose qui ressemblait vaguement à un abri, un fragile hangar à vélo. Autour d'eux, la valse saccadée des tôles frottant sur le béton, et des roues tournant maladroitement dans le vide à la recherche d'un appui, s'éternisait et ne semblait vouloir s'arrêter. Chaque choc entrainait une explosion et chaque explosion un nouveau soubresaut affolant. Mais de tout les chocs, celui provoqué par le wagon qui vint s’encastrer directement dans l'immeuble derrière lequel ils se réfugiaient, fut le plus horrible il ébranla l'intégralité de sa structure et et ils entendirent sur le toit de leur hangar tomber les gravats des murs fracturé. Frederico se leva d'un bond mais Steve le retint, ils devaient rester ici tant que cela n'était pas terminé, et même fragilisé, cet immeuble était leur seul salut. Bientôt on entendit plus que le crépitement des flammes qui s'élevaient des compartiment éventrés, auxquels vinrent s'ajouter des bruits d'un nouveau genre qui glacèrent le sang des deux éveillés, les cris affreux des victimes de l'incident, ceux qui avaient survécu, passagers comme passants malchanceux.
- Viens, s'exclama Frederico, il faut qu'on essaye de trouver Nathaniel. En se levant, il réalisa à quel point ils étaient passés près de la mort. Il avait mal aux tempes et s'était écorché les mains et les genoux dans la fuite. Dans ses tympans résonnait un bruit sourd qui l'empêcha d'entendre la réponse de Steve, mais cela n'avait que peu d'importance et déjà il se dirigeait fébrilement vers les décombres de l'accident monumental auquel il venait d’assister.

--------------------------------

Voila, une petite suite qui place notre histoire à la périphérie de cette de Darwin et de sa tentative de fuite de la Ville, en plein dans les conséquences désastreuses des actes de ce dernier.

_________________
PNJs à votre service : Kyooki / Les Anciens / Lyse Stine / David Marxen / Jane Rosenberg / Denwa' / Anicia Helner / L'étranger

Personnages normaux : Jason Vallini
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyooki.forumsactifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le long des rails   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le long des rails
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyooki : La Ville-Mère :: Les coulisses de la ville... (3/3) :: Partage :: Créations-
Sauter vers: